Bande annonce courte (1 mn 26 s)

Bande annonce longue (14 mn 01 s)

 

PAINLEVÉ : « Monsieur le président de la République je vous suis reconnaissant d’avoir organisé cette réunion à quelques jours de l’éventuel déclenchement de l’offensive du Chemin des Dames. »

Le 6 avril 1917, ils se sont réunis pour décider du sort de la France.

PAINLEVÉ : « Chacun sait que la zone d’attaque comprend le fameux Chemin des Dames. »

6 hommes politiques et militaires les plus expérimentés.

NIVELLE : « Dois-je vous rappeler que pour chasser l’envahisseur, pour imposer à l’adversaire sa volonté, pour le vaincre en un mot, le seul moyen connu à ce jour est de livrer bataille. »
MICHELER : « Évidemment livrer bataille. »

Une stratégie à l’épreuve de la réalité.

PÉTAIN : « Je n’arrivais pas à faire comprendre à ces jeunes blancs-becs, ni à leurs chefs d’ailleurs, que le feu tue. »
MICHELER : « Ah oui ça le feu tue. »
PÉTAIN : « Face à des mitrailleuses, Napoléon n’aurait réussi aucune de ses glorieuses manœuvres. »

800 000 hommes impliqués.

POINCARÉ : « Trop de moyens sont engagés. Et que diraient nos Alliés. Ribot ! »
RIBOT : « Pour prendre une décision, il faut toujours être un nombre impair et jamais plus de deux. »

Le Chemin des Dames, une pièce écrite par Bruno Jarrosson, mise en scène par Yves Carlevaris.