Article d’Hervé Sérieyx

Nivelle ou le charme tapageur de l’incompétence

Le symbole d’un ras le bol Tel un bouc émissaire, Robert Nivelle porte sous son képi tous les péchés des généraux de la Grande Guerre. Son nom évoque l’incompétence militaire, associé à celui de l’offensive malheureuse du Chemin des Dames en 1917. Il a d’ailleurs été congédié sans gloire au bout de quelques mois, ce qui fut épargné à son prédécesseur Joffre et à son successeur Pétain. Il est  le seul général en chef à n’avoir pas été élevé à la dignité de maréchal. Il y a donc bien eu désaveu à l’époque. Désaveu mesuré car il fallait épargner l’armée. Désaveu nonobstant. (suite…)